Imprimer

L'éducation populaire

Une définition de l'éducation populaire qui mette tout le monde d'accord nécessiterait des heures de débats. Toute la difficulté réside dans le fait de définir les termes : éducation, populaire et la combinaison des deux.

L'éducation populaire n'a pas pour but de se substituer aux programmes de l'éducation nationale, mais d'y apporter une certaine complémentarité, notamment au travers de l'exercice de la citoyenneté et de la démocratie. Elle est à envisager comme un enrichissement culturel perpétuel visant à mieux appréhender la place de l'individu dans le collectif.

Lorsque l'on essaie de définir le terme populaire, il apparaît rapidement que le terme renvoie à ce qui peut mettre le plus grand nombre de personne d'accord, en opposition à élitiste par exemple. Cela ne veut pas dire que ce qui est populaire représente moins d'intérêt que ce qui est élitiste, mais les termes sont seulement définis par le nombre de personnes qui peuvent tomber d'accord sur le même concept. Pierre Bourdieu

Pour E. Durkheim : « la fonction propre de l’éducation est, avant de cultiver l’homme, de développer les germes d’humanité qui sont en nous. » 

"L’élargissement du droit à la citoyenneté passe aujourd’hui par une capacité d’ouvrir des interrogations (et donc des conflits) sur le sens de notre place dans un processus de développement. C’est-à-dire des actions de nature culturelle permettant à tout un chacun de transformer l’expérience qu’il a de sa situation en expression, puis en savoir, pour construire un rapport de force permettant d’agir sur cet environnement socio-économique. Ce travail de la culture dans la transformation sociale, politique, et économique est ce que nous appelons éducation populaire". Franck Lepage, Offre publique de réflexion à l’attention du ministère Jeunesse et sports (2001)

Imprimer

Adhérer à la MJC, c'est adhérer à ses valeurs

La MJC anime et gère un équipement au profit des habitants du territoire aubagnais. Une de ses vocations est de favoriser l’autonomie et l’épanouissement des personnes, de permettre à tous d’accéder à l’éducation et à la culture, afin que chacun participe à la construction d’une société plus solidaire. De ce fait, elle est ouverte à tous, sans discrimination.

Respectueuse des convictions personnelles, elle s’interdit toute attache avec un parti, un mouvement politique, une confession, respecte le pluralisme des idées et les principes de laïcité.

Au travers du projet associatif, favoriser le transfert des savoirs et des expériences entre les différentes générations, Encourager les expressions et les pratiques culturelles et Susciter la participation des adhérents aux décisions concernant la vie de l’association sont quelques uns de ses objectifs fondamentaux.

Au delà de la proposition d'activités et de spectacles, la MJC s'efforce de tisser un réseau de proximité qui soit à la fois un espace citoyen de débat, d’expression et de participation à la vie de la Cité mais aussi un espace d’engagement concret pour agir collectivement au service du vivre ensemble, à l’échelle du territoire.

La MJC défend un certain nombre de valeurs, souvent fortement ancrées dans son mode de fonctionnement, quelquefois fortement ancrées dans l'Histoire. Ainsi, elle tente d’œuvrer dans le sens du programme du Conseil National de la Résistance qui souhaitait offrir «la possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée ».